J’ai arrêté la pilule

Salut les Meyos, on se retrouve sur le blog pour un article santé et humeur. Aujourd’hui on parle contraception. Est-ce que prendre la pilule c’est choisir la facilité ? Non je ne crois pas, c’est un réel casse-tête de trouver la contraception adaptée à son corps, à son mode de vie et à ses croyances. Après 13 années de prise, j’arrête tout.

Chapitre  1 – Les règles irrégulières et douloureuses 

Adolescente je pensais qu’il était normal d’avoir mal. J’avais des règles très irrégulières (2 x mois ou 1 x tous les 2 mois), TRÈS (trop) douloureuses, fort abondantes parfois pouvant durer plus de 10 jours… ça me rendait littéralement malade : boutons sur la face, nausées, fièvre (systématique), raideurs dans le bas du dos ET (je te garde le meilleur pour la fin) la sensation qu’une machine à tisser me lacerait de bas ventre avec des lames de rasoir… Mon médecin m’a conseillé de prendre la pilule dans un premier temps pour avoir des règles « régulières » et de réduire considérablement les pertes et amoindrir les douleurs dans un second temps.

Tou-toute première fois…

Dans ma 17e année, mon médecin m’a vivement conseillé de prendre expressément un rdv avec la gygy (prononcé Djidji, j’insiste). La belle affaire ! En 2005, on m’a refilé la pilule dernier cris hype et tendance: la pilule oestro-progestative (ou mini-dosée) appelée Minesse. J’étais devenue un cobaye qui goberait tous les soirs en continue ces pastilles roses. C’était à la fois contraignant et un soulagement, je n’allais plus souffrir. Ou presque.

Au cours de ma vie j’ai essayé d’autres pilules dont je ne me rappelle même plus le nom à la décision des différentes Gygyz que j’ai eu, et qui pourtant m’ont : fait prendre du poids, causer un début de phlébite, créer des réactions cutanées et ont fait grimper la tension… tout ça pour revenir à celle qui me convenait très bien au départ :  Minesse.

Pilule, je te quitte !

Récemment j’ai décidé d’arrêter ma « pilula » (dit piloula, ça un côté exotique). 13 ans que j’avalais tous les soirs ce médicament (non pas sans risques) et qui ne faisait plus vraiment d’effet. Règles irrégulières voire inexistantes et les douleurs de plus en plus intenses. Pilule je te quitte !

Je sentais que quelque chose n’allait plus. Mon corps, les hormones, les soucis de santé etc… malgré cela, figure-toi que j’avais les miquettes d’arrêter. J’en ai parlé à l’homme pour savoir ce qu’il en pensait et j’ai de la chance de pouvoir discuter de tout avec lui. Il est d’ailleurs le premier à me dire que c’est de la merde ! Si un contraceptif masculin existait autre que le préservatif il serait sûrement partant et on aborderait la contraception de manière égale. Comme ce n’est pas le cas, je me suis renseignée sur les autres moyens qui existaient.

Chapitre 2 – Contraceptions et préoccupations

Mis à part la pilule (hormonale), nous les filles on a « le choix » (le comble) avec : le préservatif féminin, le stérilet hormonal, le stérilet en cuivre, le patch, l’implant hormonal, les injections intramusculaires, l’anneau vaginal, le diaphragme, la cape cervicale, les spermicides, le stérilisation féminine, l’abstinence périodique, la méthode des températures, la méthode billings, le système avec appareillage, la méthode MAMA (uniquement pour les femmes venant d’accoucher – 6 mois max après accouchement) et le « retrait« . Vous messieurs c’est rapide : le préservatif, le retrait, l’abstinence et la vasectomie.
Les contraceptifs listés en verts sont dit des moyens « naturels.

Chapitre 3 – Roulette russe

Pour ce qui est de la pilule, les risques il y en a, ils sont – la plus part du temps – « banalisés ». J’entends par là que de manière générale, les personnes ont conscientisé les risques potentiels et réels, voir s’en sont fait un éventuelle raison; puis on l’oublie dans une coin de notre tête. On joue un peu à la roulette russe car finalement on est pas tellement informée.

Les conséquences induites  
Certaines femmes peuvent, suite à la prise de pilule avoir des douleurs abdominales (dysménorrhées), nausées, douleurs mammaires, douleurs irradiante dans le dos ou le bras gauche, des bouffées de chaleurs, des suffocations, prise de poids, la disparition totale des règles (aménorrhée) métrorragies (saignements génitaux en dehors des règles, hors spottings). Cela peut causer de l’hypertension artérielle, du diabète accompagné de symptômes vasculaires et d’augmentation du taux de lipides (dyslipoprotéinémie), des phlébites… Hélas dans des cas plus sérieux, cela peut entraîner des infarctus du myocarde, des accidents cérébrovasculaires, augmentation des taux de homocystéine (hyperhomocystéinémie, acide aminé toxique), présence d’anticorps anti-phospholipides, anti-cardiolipine et anticoagulant lupique.

Chapitre 4 – Sevrage et culpabilité

J’y réfléchis depuis un moment et je sens que c’est maintenant. À la fin de ma plaquette, je l’ai jeté machinalement à la poubelle. C’était sans compter sur mon alarme du soir pour me rappeler qu’il est l’heure de… ah oui c’est vrai, j’ai arrêté. J’ai donc déprogrammé le rappel. C’était  étrange. Je n’allais vraiment plus la prendre. Je respire et me dis que c’est ce que je voulais et que c’était une « mauvaise » habitude.

C’est toujours au moment où je m’assois dans le lit et que je tire la couette sur mes jambes. « Merde, j’ai oublié de pr… ». Quelques secondes de panique m’envahissent puis… le soulagement.

Depuis (presque 2 mois) que je ne prends plus ce machin je me sens mieux. J’ai remarqué que je suis moins fatiguée, que je récupère mieux. Ma libido se réveille d’avantage, je suis moins irritable et j’ai une peau plus nette. Wow… tout ça. Je me redécouvre. En ce qui concerne le poids je ne peux pas vous dire si j’ai pris ou perdu du poids car actuellement je vois une nutritionniste – diététicienne (ND) suite à ma prise de poids liés aux traitements que j’ai eu (corticoïdes et autres merdes). Je ne manquerai pas d’en faire part si je vois un changement durant les prochains mois.

Le conseil qu’on oublie de vous donner …
Si vous vous blessez (entorse, os cassé, accident, etc.) il est très fortement conseillé d’arrêter la pilule ou du moins de pratiquer une activité (super comme conseil si tu es blessée, champions !!!) car l’inactivité + médocs + pilule = risque de phlébite voire plus grave dans certains cas.

Dans le cas où vous êtes malade et que l’on vous refile de la cortisone et / ou  des antibiotiques et / ou des anti-inflammatoires + la pilule cela peut provoquer des mycoses (on s’en passerait bien merci)… Tu vas voir le doc pour une angine et tu finis avec un champi.

Les mots de la fin

Ce qui n’est pas naturel pour l’Homme ne peut lui être bénéfique et c’est valable pour à peu près tout. Ce que l’on mange, inhale, porte ou les traitements médicamenteux au quotidien, a et aura un impact sur notre santé. On le sait et on fait comme on peut selon ses moyens et ses croyances.

Ici j’ai fait le focus sur la condition des femmes au travers de divers constats. Le message de mon billet est que l’existence des contraceptifs est effectivement une bonne chose MAIS là où je pousse ma gueulante c’est « pourquoi c’est encore les femmes qui trinquent ? » Nous mettons notre santé en danger au nom de l’émancipation (soi disant) et on devrait trouver que cette condition est normale voire acceptable. Il serait bon de pouvoir obtenir des vraies informations concernant la sexualité, la contraception et la santé de manière plus accessible. Je soutiens depuis plus mon jeune âge la lutte contre le Sida; il me semble nécessaire d’être plus au courant et de se dire qu’on peut avoir le choix sans devoir se mettre en danger.

Ayant eu de nombreux soucis de santé, j’ai constaté que les médecins (c’est mon sentiment) traitaient uniquement les symptômes et non les causes, ce qui est regrettable. Personnellement, je pense qu’on ne peut dissocier le corps de l’esprit. Le corps est un bon indicateur alors écoute-toi d’avantage.

Réagissez à cet article en me laissant vos commentaires. N’hésitez pas à le partager.

 

 

Publicités

12 réflexions sur “J’ai arrêté la pilule

  1. Hello!
    J’ai arrêté la pilule il y a bientôt un an, après 10 ans de prise. Tout de suite , j’ai ressenti un changement, ma libido était de nouveau présente.Sous pilule, j’avais l’impression d’avoir le corps « anesthésié »et en période de règles ,je le redécouvrais, avec les sensations. Mes règles ont toujours été régulière et sans pilule, pas de changement 😉
    C’est dingue de réaliser qu’un simple cachet peut totalement nous modifier au fur et à mesure des années.

    Aimé par 1 personne

    • coucou Mae,
      merci pour ton partage d’expérience, j’avoue que j’hésitais à le publier car c’est à la fois très personnel et universel.
      Oui , c’es exactement ça, anesthésié c’est le bon mot. Est-ce que tu utilises une autre contraception? Si oui,laquelle as-tu choisi ?
      Des gros bisouuuuus

      Aimé par 1 personne

      • On parle de plus en plus de ce sujet, ça reste personnel, mais c’est aussi un cas de santé.Avec mon copain de l’époque, on utilisait le préservatif.Actuellement célibataire, je n’utilise aucune contraception. Je réfléchirais à d’autres solutions quand l’occasion se présentera 😉

        Aimé par 1 personne

  2. Coucou ma belle !
    Ton article est super intéressant.
    Moi j’ai arrêter la pilule il y a un peu plus de 2 ans mais pour d’autres raisons.
    je suis en insuffisance ovarienne prématurée, plus simplement en ménopause précoce (c’est héréditaire dans mon cas). Mais j’ai quand même bouffé 15 an de cette cochonnerie car j’ai toujours eu des règles douloureuses et irrégulières (j’ai tenté de l’arrêter quelques fois).
    La gynéco qui me suis pour mon souci m’a expliqué que les règles douloureuses et irrégulières cachent dans 90% des cas des soucis de ménopauses précoces, d’endométrioses et donc d’infertilité … si j’avais su avant !! Heureusement que je ne veut pas d’enfant !

    Aimé par 1 personne

    • Hello ma belle,

      Merci pour ta réponse. La gygy aussi m’a parlé plusieurs fois d’endométriose, pareil que toi dans ma famille il y a des cas de ménopause précoces (vers 35 ans)…
      Comme tu dis, si on était plus au courant on aurait peut être pas pris des hormones pensant plus de 10 ans.
      Je t’envoie plein de coeurs ❤ merci encore pour avoir partagé ton expérience.

      J'aime

  3. Pingback: Allergique aux protections périodiques ? Pas de panique ! | Meyonie

  4. Super article qui permet de réveiller les consciences ! Perso, je n’ai jamais (oui oui jamais) pris la pilule ni aucun autre contraceptif hormonal parce que pour résumer…. c’est de la merde ! Et tenez vous bien, homme est persuadé que je vais avoir un cancer si je la prends (tout ce qui contraint le corps de son fonctionnement naturel est à bannir) Chou n’est ce pas ?. Et bien en 15 ans qu’on est ensemble, QUE le préservatif (oui madame !) et franchement on y voit zéro contrainte (si ce n’est de vérifier le stock ah ah), et un super moyen de s’amuser (avec) et de faire durer le plaisir… Du coup, zéro problème de règles, de champi, de fertilité (3 enfants), de douleur, j’en passe et des meilleurs ! Moi je dis qu’il est grand temps de dédiaboliser le préservatif, et en plus, c’est à Môssieur de gérer, et pas à Madame, et ça quand même, c’est un sacré progrès !

    Aimé par 1 personne

    • Hello Timounette !

      Un grand merci pour ton témoignage et de ta réponse.
      Oui c’est exactement ça, dé-diaboliser le préservatif et surtout de se sentir libre d’avoir une contraception (ou non) et de pouvoir celle qui nous correspond le mieux.

      Des grosses bisettes

      J'aime

  5. Pingback: C’est le premier, je balance tout! #2 | Akatsuki no Manga

  6. Bonjour, merci pour cette article ! j’ai moi-même beaucoup de soucis avec la contraception… J’avais une pilule normale au tout début, mais quelques années plus tard, on m’a forcé à arrêter car cela faisait monter dangereusement mon cholestérol, au final, on m’a donné « optimisette », une pilule à prendre chaque jour non stop sans pause, on me disait que « le seul risque est de ne plus avoir ses règles », moi j’étais contente, je souffrais comme pas possible xD au final, j’ai pas eu mes règles pendant un an, puis du jour au lendemain, spotting tout les jours, des petites ragnagna en continu chaque jour de ma vie, insupportable… j’ai du faire avec pendant 6 mois jusqu’à ce qu’on me propose l’implant contraceptif (dans le bras), j’étais heureuse, on me le décris comme un rêve « plus besoin de prendre la pilule, ce n’est même pas douloureux, on ne le sens même pas dans le bras! les risques sont minimes ! » et puis, ensuite ça se transforme en « j’ai des boutons immonde sur les seins, le visage, ça me laisse des cicatrices immondes sur le poitrine (qui ne disparaitront jamais, youpi), les spotting se sont stoppé un mois et ont recommencé de plus bel ! chaque jour non stop… » J’ai hais les médecins pour le fait de te vendre de l’espoir comme ça SANS t’informer des risques, des soit disant risque qui n’arrivent qu’aux autres, et je rajoute « l’implant contraceptif fait TRES mal à la pose, il m’a fait mal pendant les 5 mois ou je l’ai porté, je ne pouvez plus dormir sur ce bras là la nuit, je ne pouvais plus faire de sport avec car extrêmement douloureux… »
    alors, « on le sens pas » c’est la plus grosse blague qu’on ne m’ai jamais faite, on le sens chaque jour, chaque heure, chaque seconde, on est limité dans nos mouvement, on a des boutons qui poussent tout autour, un cauchemar qui m’a fait peter un cable, au final, j’ai pris un rendez-vous d’urgence chez une gynéco pour me faire poser le stérilet en cuivre (qui n’est pas hormonal, ouf pour les effets secondaires, mais rebonjour aux douleurs, la peste ou le coléra comme ou dit, mais j’ai fais mon choix!) la gynéco ne m’écoute pas, elle me dit que tout vas bien, qu’il n’y ai pas censé avoir de problème, jusqu’au moment où je fond en larme, car j’en peux plus, ça me gache la vie, je pleure comme une gamine et j’exige qu’elle me retire cet implant, elle a finalement accepté, mais ne m’a pas cru pour mon ancienne pilule et mon histoire de choléstérole, elle n’a donc pas voulu me poser le stérilet (pourtant, je le paye moi ce rendez vous ? Et c’est pas donné…) elle m’a « forcé » à retesté la pilule « puis on verra, t’façon, y a peu de chances que ce soit la pilule qui ai causé votre choléstérol! » je n’ai jamais entendu pire idiotie, elle n’en avait rien à faire de ce que je lui disait, elle voulait me « tester », comme si j’étais un cobaye, résultat, je rreprend la pilule, je n’ai plus de soucis, je suis enfin heureuse et calme, je fais mes piqure pour qu’elle examine mon sang, puis 3 mois plus tard je reçois un appel où je cite : » Alors, je ne vous prescrirez plus de pilule car votre choléstérol est montée en fleche, prenez un rendez-vous et « ON EN REDISCUTERA » (la blague, discuter de quoi, je n’ai plus aucuns choix, je suis encore une fois, coincée, tout ce qu’il me reste, c’est le stérilet ou la stérilisation.) mais voilà, elle ne voudra plus me préscrire ma pilule, mais moi, j’ai du payer 500 euros de facture pour notre dernier rendez-vous à cause d’un soucis de carte. Je n’ai plus les moyens de me le faire poser. Je vais devoir, encore une fois, subir la connerie des autres et l’inconfort de ma vie de femme.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Mélissa,
      Merci pour ton commentaire et d’avoir partagé ton expérience. Vraiment merci à toi.
      Tu sais ce sujet qui nous concerne toute reste tabou… à croire qu’une femme est lisse, sent bon, n’a pas de règles ni de poil?! Ce que ça m’énerve !!! Et les médecins vraiment n’aident pas toujours à nous faire sentir plus humaine 🤷🏻‍♀️ .
      Tu as entièrement raison sur le fait qu’on nous force à choisir telle ou telle contraception plutôt qu’une autre et clairement faut pas l’oublier les hormones jouent sur notre santé. Faire le cobaye juste non quoi ! Est-ce que tu as la possibilité de voir un(e) autre gygy dans ta ville car je reste perplexe quant à sa réaction … 1 ce n’est pas rassurant, 2 ça coûte bonbon ces conneries.
      Comme toi entre la peste et le choléra j’ai choisi de 🖕🏼tout arrêter . J’ai mal mais tant pis au moins je sens que mon corps va mieux.
      Je suis encore désolée que toi aussi tu aies eu à subir l’incompétence de certain. Je te soutien à 1000% n’hésite pas à m’écrire si tu as besoin ❤

      J'aime

      • C’est gentil de ta part, j’avais l’impression d’être seule face à ce problème mais maintenant je sais que d’autres me comprennent, c’est très compliqué, si j’ai une facture de 500chf c’est parce que je suis française, mais que j’avais pris ce rendez vous en urgence en Suisse (car c’est là que je vis avec mon copain), j’avais utilisé ma carte de sécu internationale, normalement valable pour les urgences, mais à cause du deuxième rendez vous que j’étais obligée de prendre pour avoir mon ordonnance, elle ne l’a pas fait passer en urgence (pourtant on ne m’a rien dit lorsque j’ai donné ma carte d’assurance…). Alors, deux semaines plus tard, je reçois une facture par courrier, exorbitante, alors qu’elle n’avait pas voulu me poser ce stérilet et qu’au final, m’a fait perdre mon temps (et mon argent…).

        Maintenant, je dois attendre de pouvoir retourner en France (cet été avec un peu de chance :D), voir une gynéco qui sera remboursé. Mon copain était un peu énervé contre moi car il pense que « je me laisse mener à la baguette » et que si je n’obtiens pas mon stérilet c’est parce que je suis trop faible, mais j’estime que je ne devrais pas avoir à me battre pour avoir la contraception de mon choix… J’espère vraiment qu’on me posera enfin ce stérilet et que je n’aurais pas de soucis avec (car il parait qu’on peut aussi avoir de grosse gène avec le stérilet mais je n’en sais pas plus, les médecins ne disent vraiment pas quels complications on peut avoir, je ne peux m’en tenir qu’aux dire de personnes dans mon cas !). J’avoue avoir très peur de me retrouver dans l’impasse « préservatif obligatoire » car même si certaines n’en pensent que du bien, je n’apprécie pas spécialement et je le vois comme une contrainte ^^

        Pour toute celles qui parle de libido affaibli quand on prend la pilule, je confirme que c’est aussi mon ressenti, c’est fou à quel point les hormones peuvent être nocif, j’ai l’impression que toutes les femmes qui en prennent on forcément l’un des effets secondaires, je trouve ça injuste !

        Je me retrouve (comme beaucoup j’imagine) dans une situation où avoir des relations sexuelles devient un vrai casse-tête et c’est fou comme ça peut me miner le moral, car j’ai pas mal d’autres soucis à côté, dont le surpoids, et, comme tu disais aussi, les poils ! depuis que j’ai 10 ans, ma mère me fait épiler car « c’est pas beau pour une fille d’avoir de la moustache! », c’est une des choses dont je me passerais bien aussi, maintenant, je suis un programme d’épilation définitive à l’électricité, ça me fait un mal de chien, me laisse le visage défigurée pendant 3 jours par semaines, et coûte aussi beaucoup d’argent, mais je ne peux pas m’empêcher de vouloir m’en débarrasser à tout prix, car c’est comme cela qu’on m’a conditionné et c’est triste… Enfin, j’ai peur d’être ennuyante alors je vais arrêter xD s’il y a une chose à retenir pour toutes celles qui tomberont sur mon message : Ne vous laissez surtout pas avoir par l’implant contraceptif, des regrets et des larmes assurées ! >.<

        J'aime

Vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s