Allergique aux protections périodiques ? Pas de panique !

Hello les Meyos, aujourd’hui sur le blog on parle santé. On se retrouve pour un article spécial concernant les réactions allergiques dues aux tampons et aux serviettes hygiéniques. C’est un fait dont on parle peu et pourtant qui handicape beaucoup de femmes. Ici vous trouverez des informations utiles, des conseils et quelques éléments de réponses, lesquels je l’espère vous rassureront. Cet article s’adresse aussi bien aux femmes qu’aux hommes (à titre informatif). 

De par mes recherches, l’observation de mon environnement et bien entendu de mon expérience j’ai tenté de construire un billet factuel, simple et d’apporter des solutions. Notez bien que le contenu suivant ne vous dispense pas de consulter un médecin, si le sujet ne vous intéresse pas ou que vous ressentez une certaine gêne (allez, pas de ça entre nous !) passez votre chemin.

Introduction

Ma démarche bloguesque s’inscrit dans le cadre d’un constat (aberrant) que j’ai pu dresser au fil de ces dernières années. Me sentant responsable des contenus que je publie, je souhaitais vous sensibiliser sur le sujet; je vous expose mon expérience et un condensé de mes recherches, lesquelles je l’espère vous intéresseront et vous aideront. Tout d’abord (on se dit tu, ça te va ?) commençons par le commencement. Petite ma mère et ma grand-mère devaient utiliser des langes en coton (en guise de « couche ») car les couches industrielles, suivant les marques, me provoquaient des érythèmes sévères, extrêmement douloureux et longs à guérir (non, ne cherches pas sur Google, ce n’est vraiment pas nécessaire); ce qui a peut être contribué à me faire devenir propre TRÈS tôt.

Très tôt c’est le mot… tout comme j’ai appris seule les multiplications et les divisions à l’âge de 7 ans (motivée la meuf), je chaussais du 40 à 8 ans et j’ai eu mes premières règles vers 9-10 ans (c’est de famille). Bref, il a fallut composer. J’ai eu la chance d’avoir été entourée de mes proches et d’avoir eu les bonnes informations à des moments clefs. Pudiques mais sans gêne aucune de parler de choses naturelles et de manière tout à fait factuelles. Faisons de-même ici.

Chapitre 1 – No-go Zone : les règles

Adolescente je pensais qu’il était normal d’avoir mal. Pour ma part j’avais des règles très irrégulières, TRÈS (trop) douloureuses, fort abondantes parfois pouvant durer plus de 10 jours… ça me rendait littéralement malade. Mon médecin m’a conseillé de prendre la pilule dans un premier temps pour avoir des règles « régulières » mais surtout pour amoindrir les douleurs. On m’a prescrit la pilule à 17 ans (oestro-progestative, dite mini-dosée), c’était à la fois une nouvelle contrainte et un soulagement, je n’allais plus souffrir. Pour en savoir plus, lire l’article « J’ai arrêté la pilule« …

Qui dit règles dit protections hygiéniques.

thumbs up.gif

Chapitre 2 – Au plus près de l’intimité

Depuis l’Antiquité, les femmes ont dû trouver le moyen de poursuivre leurs activités, même pendant la période des « lunes ». À l’époque on faisait avec les moyens du bord, en Égypte, on utilisait des bandes ouatées en guise de protection, à Rome de la laine, au Japon du papier, et nos grands-mères, quant à elles, utilisaient des protections en chanvre pliées. Il faut attendre le début du 20e siècle pour que les premières « serviettes hygiéniques jetables » fassent leur apparitions; et bien plus tard pour celle des tampons, dans les années 1930. C’est une vraie révolution !

De cette révolution, la publicité s’est emparée d’un nouveau marché en proposant des solutions toujours plus innovantes et sophistiquées au détriment des répercutions qu’elles peuvent engendrer sur la santé de leurs consommatrices. Sans coquetterie aucune, c’est un fait, nous les femmes avons besoin de ces produits une fois par mois. Pourtant, ces produits de première nécessité (à mon sens), contiennent des résidus de nombreux produits toxiques dont les marques se gardent bien de nous dire.

Si j’aborde le sujet c’est en partie parce que je suis tout bonnement devenue allergique aux serviettes hygiéniques et aux tampons (pratique). Il y a 4 ans, suite à des règles qui duraient dans le temps, le port de ces protections me devenaient de plus en plus insupportables. Les frottements ont provoqué bien plus que des irritations, mon intimité était à vif. J’en avais déjà parlé à ma Gygy mais comme je prenais la pilule je n’avais mes règles que sur une très courte période et donc, n’avais QUE la sensation désagréable des irritations. OR, là, mon corps a dit stop. Gygy m’a dit de ne pas m’inquiéter, que c’était fréquent chez les femmes car les serviettes et les tampons provoquaient de plus en plus de réactions à cause des parfums et de la composition blablabla. Elle n’avait même pas l’air surprise et ce qui m’a choqué en fait.

Par mesure de prévention elle m’a prescrit des crèmes et un gel intime apaisant afin d’éviter d’attraper des saloperies de types Myc’ (que je prononce MAÏKE, c’est moins flippant). Si toi (qui me lis) tu penses que tu ressens le besoin sache qu’Hydralin propose des traitements en vente libre peu onéreux et assez efficaces (n’hésite pas à consulter ta gygy ou demande des conseils à ton/ta pharmacien(ne) ).

Chapitre 3 – Composés, composants et complications

Dans certains cas, elle m’a expliqué que les protections pouvaient provoquer de réelles saloperies à différentes échelles. Irritations, démangeaisons, infection, mycose, champignon, endométriose, syndrome du choc toxique, dysfonctionnements ovariens, une fertilité amoindrie, l’incapacité de mener une grossesse à terme, des changements hormonaux, le cancer…

J’ai racheté par habitude des serviettes de grandes marques (Always /Nana /Vanya) au super marché, un paquet de la marque Organyc dans un magasin bio et un autre de la marque Saugella en pharmacie. Pourquoi cela ? Après la (non) réaction de ma gygy, je me suis penchée sur les différents packaging et j’ai remarqué que la composition ne figurait pas à l’arrière des paquets, dans quel monde ?!

Les marques se défilent et se cachent derrière des phrases qui se veulent « rassurantes mais ne répondent pas toujours à nos interrogations. « Doux comme du coton », « contient des extraits de coton et d’aloé véra ». On est au top de la technologie là : « Les protège-slips et serviettes périodiques ont été développés pour vous garantir un niveau optimal de confort et de protection. Les composants sélectionnés pour nos produits répondent à nos exigences de performance et de qualité ».

Les serviettes
contiennent des gels dits « super-absorbants », il s’agit en réalité de cristaux de polyacrylate de sodium (contenus également dans les couches et les lingettes pour bébés, si, si), un polymère absorbant qui devient gel une fois humide et peut absorber jusqu’à 800 fois son poids en eau. Oui c’est pratique mais c’est choquant non ? Ces cristaux on les retrouve dans les petits sachets blancs qui absorbent l’humidité. (voilà).

Les Tampons
composés d’un mélange de coton (cultivé avec masse de pesticides toxiques, on dit youpi !) et d’une matière artificielle très absorbante que l’on appelle viscose (obtenue à partir de la pâte de cellulose des arbres) ou « rayonne » en anglais.

Sachez que les ingrédients toxiques contenus dans nos protection intimes jetables contiennent des additifs de parfum (intimement irritants), des alcools, de l’aluminium, des hydrocarbures et les pesticides. C’est sans compter sur le chlore utilisé pour blanchir les serviettes et les tampons car (design marketing) les marketeux et les industriels savent que le blanc renvoie une image de « propreté » et que ce sera plus vendeur que si c’était gris. En attendant, les procédés de blanchiment laissent des résidus de dioxine. Ce qui pose un réel problème puisque les substances chimiques incluent dans ces produits jetables pénètrent notre organisme très facilement. Comme « la paroi vaginale est fine elle est très absorbante, notre corps ne sait pas s’en débarrasser ». Le cumul de ces toxines (même la plus infime quantité) au fil des années nous est nocive et en plus c’est très mauvais pour l’environnement (en savoir plus et lire l’article de Consoblog).

« la dioxine est l’une des substances synthétiques les plus toxiques jamais étudiée ». – Green Peace 

Chapitre 4 – Les alternatives 

J’ai été d’autant plus interpellée par ce que m’a dit la pharmacienne après avoir lu l’ordonnance : « ah j’ai ce qu’il vous faut, vous savez il ne faut pas vous inquiéter c’est tout à fait normal, il y a de plus en plus de femmes qui ont des allergies et qui doivent soit porter la cup soit porter des serviettes en coton bio (…)  c’est important de combiner quasi systématiquement une crème (MycoHydralin) en prévention car les produits utilisés sont vraiment mauvais et les parfums sont très irritants« .

« Normal »… vraiment ??? Est-ce que c’est sensé me rassurer ? À cet instant précis, j’ai pris conscience que nous acceptons les effets néfastes et les considérons comme étant « évidents ».  Ça ne devrait pas l’être. Voici les « alternatives » aux serviettes hygiéniques et tampons classiques (les * t’indiques ce que j’ai testé) :

– Les serviettes hygiéniques en coton bio* (Organyc et Saugella)
Nette préférence pour Organyc car ne contient pas de produit super absorbant, ni de produit pétrochimique. Sans parfum, sans cellulose. Le voile au contact de la peau et le cœur absorbant est à 100% du coton bio et le film protecteur en amidon de maïs non OGM.
Saugella est un bon produit, il est lui aussi composé de coton bio pour le confort, contient des microcapsules de Thym pour soulager les irritations intimes, prévenir des infections opportunistes et limiter les odeurs naturelles MAIS contient des polymères.
– Les serviettes lavables   (15 à 25 €)
Pas essayé. Et vous, vous avez testé ? N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire.
meyonie-serviettes-protections-jetables-6.jpg
– Les tampons en coton bio(entre 3.40 € et 6 €)
J’ai testé ceux d’Organyc, tout comme les serviettes, je les conseille.
– Les tampons aux probiotiques* (autour de 7 €)
Récemment j’ai testé les tampons aux probiotiques de Saforelle. Les probiotiques ont une fonction bien précise dans ce produit, ils restaurent la flore vaginale (et intestinales car les parois sont fines et se touchent), réduit l’inconfort et protège l’intimité. Gros point fort : non traité au chlore
– La cup ou coupe menstruelle (15 à 30 €)
Les personnes de mon entourage me l’ayant conseillé l’avaient toutes adoptées. Comme je suis un peu hypocondriaque, je fais peut-être de brefs raccourcis (ceci est mon avis personnel ). Je ne souhaite pas essayer la cup car elle ne me semble peut être pas si pratique, quand on est au boulot, en vadrouille, au sport que sais-je… et il y a forcément le passage aux commodités (à part chez moi ou mes proches elles sont rarement « propres »). Je ne trouve pas cela hygiénique d’avoir un contact direct entre les mains et la zone intime durant la période de menstruation.
– L’éponge de mer naturelle (5 à 15 €)
Il paraîtrait que c’est une méthode ancestrale oubliée. Pauvre bestiole marine… En tout cas je ne connais personne utilisant cette méthode de protection menstruelle « naturelle ». Et vous ? (déconseillée aux femmes portant un stérilet).
– L’éponge menstruelle (je te le déconseille !!) – (8 – 10 €)
J’ai reçu une éponge menstruelle dans une box beauté… Dit le « tampon éponge sans ficelle ». Déjà, rien qu’en le lisant ça semble déjà être une mauvaise idée. Comme je le disais dans cet article, je ne suis pas la cible et en plus j’ai lu énormément d’avis négatifs parfois assez dangereux donc merci mais non merci !

meyonie-gel-douche-intime-2.jpg

Chapitre 5 – Woman tax,  Taxe rose et taxe tampon

Ouais ça fait beaucoup. L’article est long en plus. Pour clore cet article, je souhaitais vous faire part de la taxe rose (woman tax) et de la taxe tampon qui vraiment m’indignent.

La taxe rose désigne « la différence de prix entre les produits et services étiquetés pour femme et ceux étiquetés pour homme, au détriment des consommatrices ». Ce Tumblr recense de manière assez claire ces inepties de marketing genré.

La taxe tampon désigne le taux de TVA appliqué aux produits hygiéniques féminins. Le collectif Georgette Sand a réagit en 2014 et a demandé à ce que la TVA passe de 20 % à 5,5 % (voire à 2,1 % si possible) comme c’est le cas pour certains médicaments remboursables, l’eau ou les préservatifs. Ce qui a fait débat en 2015 c’est que le secrétaire d’État au Budget Christian Eckert, s’y est fermement opposé, jugeant que «le gouvernement ne souhaite pas bouger sur les taux de TVA» dans le cadre du budget 2016 et que «les produits d’hygiène ne sont pas exactement des produits de première nécessité». (HUUUUUM) Or, en ce qui nous concerne (les femmes) avoir nos règles n’est pas « optionnel »…

En savoir plus…

Si vous voulez en savoir plus j’ai sélectionné des articles pertinents concernant les allergies aux serviettes hygiéniques allergies aux serviettes hygiéniques, les causes les plus fréquentes aux irritations, ce qui compose les protections périodiques et l’un des derniers articles au sujet de l’avancement de taxe tampon.

Publicités

2 réflexions sur “Allergique aux protections périodiques ? Pas de panique !

  1. Hello,
    Vache, quel article étoffé et détaillé, bravo !
    Mais du coup, moi je trouve dommage que tu n’essaies pas la cup, c’est justement son gros avantage par rapport aux autres protections périodiques : elle respecte impeccablement ta flore vaginale 🙂
    Franchement, le contact avec les mains est très limité (bon, peut-être pas au début le temps de prendre la cup en main, certes) et un simple nettoyage à l’eau claire suffit…
    Enfin, bref, peut-être qu’un jour tu changeras d’avis ?
    N’hésite pas à venir m’en parler sur mon blog en tout cas 🙂
    ++

    J'aime

  2. J’ai acheté la marque Saugella que je connaissais qu en savon pour hygiène intime, et vraiment je suis ravie. Le seul bémol c’est qu il n y ai qu un seul format pour les serviettes mais je n’ai plus de désagréments pendant la fameuse période. Merci à toi pour cette découverte

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s